La Vérité sur les Pluies Torrentielles dans le Var en juin 2010

Le Var déplore ses victimes officieuses

Les Arcs, la rue principale

Une polémique qui devra un jour être révélée au grand public...

Le 17 juin 2010, la région de Draguignan à Fréjus a été une première fois ravagée par des pluies d'une exceptionnelle intensité. Après une longue période de sécheresses successives, du fait d'un mauvais entretien des cours d'eau, des fossés le long des routes, d'une urbanisation à outrance et non réfléchie de la part des élus, nous avons assisté,

Le barrage naturel a cédé

impuissants, à une catastrophe majeure dont l'homme est le principal responsable. Le fait de ne pas avoir entretenu régulièrement les cours d'eau vivants et surtout les lits de rivières qui se forment lors de grosses pluies, les déchets, troncs d'arbres, branches, etc.. ont créés à de très nombreux endroits des barrages retenant les eaux jusqu'à leurs ruptures, libérant ainsi des masses d'eaux considérables qui ont dévalées les fortes pentes du département emmenant tout sur leur passage et se transformants en torrents de boues.

balayant tout sur son passage

Ajouter à cela l'effondrement d'un pan de colline dans la rivière l'Artuby en amont de Draguignan, l'énorme vague à la rupture du barrage naturel qui s'est formé suite à cet effondrement fut malheureusement la plus meurtrière.

 

 

 

 

La largeur de l'Artuby a presque doublée par endroit emmenant tout sur son passage y comprises les maisons

Catastrophe humaine

Sur pressions multiples des différents élus de la région, les médias nous ont annoncés et le rappellent même encore aujourd'hui, que cette catastrophe n'aurait fait que 25 victimes décédées. Or, ce chiffre "officiel" est bien loin de la réalité. On aurait dénombré plus de 300 décès directs dus à la brusque montée des eaux et quelque 150 indirects suite à leurs blessures et maladies contractées par les décompositions de corps humains et surtout d'animaux. Tous ces cadavres se sont accumulés à l'embouchure de l'Argens et auraient pollués une partie de cette région.

L'embouchure de l'Argens entre Fréjus et Saint-Aygulf

Défaillance intéressée des autorités

Il aurait été indispensable de proclamer la région en état de quarantaine... Seulement voilà, nous étions le 15 juin, les vacanciers commençaient à affluer et les autorités ont préféré taire la vérité plutôt que de protéger les personnes et perdre des centaines de millions d'euros. L’État aurait du prendre impérativement l'initiative de mise en quarantaine de toute cette région et d'en assumer les conséquences économiques.

Réchauffement climatique?

photo provenance Google

En effet, à cette saison, au mois de juin, ce genre de précipitations n'ont jamais été d'une telle intensité. On peut donc penser que le réchauffement climatique est responsable en partie de cette catastrophe. Par contre, celles que nous avons subies ce mois de novembre 2011 sont tout à fait normales. Ce qui l'est moins, c'est que nous avons eu pendant plusieurs années de suite, une véritable sécheresse. La mémoire humaine étant courte, on considère ces pluies de novembre comme exceptionnelles alors qu'elles ne le sont pas. Alors, Réchauffement climatique du aux activités humaines ou réchauffement climatique de la planète comme elle en a eu des centaines depuis plusieurs millions d'années?

Responsabilités des élus

Sous la pression démographique et surtout migratoire, les élus ont déclarés des zones qui étaient répertoriées comme inondables en zones constructibles. En effet, depuis des siècles, ces territoires sont connus pour subir les assauts capricieux des cours d'eau de la région lors de pluies torrentielles. Or, depuis environ 20 ans, la région Côte d'Azur et en général la région PACA ne subit plus de précipitations aussi importantes qu'elles ne l'étaient autrefois. Fallait-il donc attribuer, accepter des permis de construire dans ces zones inondables? Combien de sinistrés encore en ce mois de novembre 2011? Combien cela coûte-t-il aux contribuables que nous sommes?

Et tous ces pauvres gens qui perdent tout à chaque fois !

Conclusion

On le voit aujourd'hui, en plein mois de novembre 2011, la nature reprend ses droits et son rythme habituel. Les inondations à cette époque de l'année ont toujours été très fréquentes jusqu'à cet épisode de sècheresses successives que nous avons connu depuis environ deux décennies.

A Cabasse, l'Issole est sortie de son lit, inondant toute la plaine. Peu d'habitations ont été touchées du fait du respect des zones inondables.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

s2Member®
%d blogueurs aiment cette page :